Publié par Corinne Préteur

La nouvelle est tombée le 17 avril dernier. Le village de Laguiole perd son identité après avoir vu son savoir-faire dans l'art de la coutellerie totalement usurpé par des contre-façons asiatiques. Comment en est-on arrivés là ?!

Photo : La Dépêche du Midi

Photo : La Dépêche du Midi

La justice a rendu raison à Gilbert Szajner, un habitant du Val de Marne qui déposa la marque Laguiole en 1993. Celui-ci développe sa marque autour de toutes sortes d'articles essentiellement fabriqués en Chine et au Pakistan : des couteaux bien sûr, mais aussi des meubles,du linge de table, des lunettes, des outils de jardin, des pantoufles ou encore des parfums. C'est alors que les habitant de Laguiole dénoncent l’utilisation du nom "Laguiole" à des fins commerciales. Ils ont porté plainte pour  "spoliation", "pratique commerciale trompeuse" et surtout "atteinte à son nom, à son image et à sa renommée".

Selon l'avocate de la marque Laguiole, le droit français ne remet pas en question la raison d’être de la marque : "Dans le droit français on peut parfaitement s’approprier à titre de marque le nom d’une commune dès lors que cette commune n’a pas une réputation particulière pour les produits pour lesquelles la marque est déposée." Et effectivement, Laguiole n'est pas célèbre pour ses VTT ou son électro-ménager...

Le 4 avril 2014, la cour d'appel de Paris a débouté la petite commune aveyronnaise de 1300 habitants, la condamnant à payer 100.000 € de frais de justice, soit 10% de son budget, selon le maire Vincent Alazard.

Photos DRPhotos DR

Photos DR

Les habitants de Laguiole appellent désormais à la rescousse des 36 000 communes de France, soutenus par le maire mais aussi par le Chef triplement étoilé Michel Bras, par Thierry Moysset le gérant de la Forge de Laguiole, et plusieurs autres chefs d’entreprise impliqués dans le développement du village de Laguiole. Tous se sont symboliquement rassemblés et ont démonté la pancarte de l’entrée du village qu'ils iront remettre à François Hollande à l’Elysée.

Dans un communiqué à la presse, Arnaud Montebourg et Valérie Fourneyron avaient évoqué "l'émoi légitime" des Laguiolais, tout en rappelant qu'une nouvelle disposition législative avait été adoptée pour permettre d'éviter ce genre de "situation regrettable". Quand la loi Consommation du 17 mars 2014 s'appliquera, "le titulaire d'une indication géographique existante pourra s'opposer au dépôt d'une marque qui lui porterait atteinte", selon leur communiqué. La loi n'étant pas rétroactive, Laguiole ne pourra toutefois pas en bénéficier...

Commenter cet article