Publié par La rédaction

Embarquement dans les coulisses de l’Aquarium du Périgord Noir avec Thomas, 35 ans, plongeur-biologiste et les poissons-spatules.

Dans les coulisses de l'aquarium du Périgord Noir

Les poissons-spatules sont trois et mesurent déjà plus d’1.20 m. Leurs petits noms : Auguste, Raphaël et Jordan. Ils sont venus de Belgique en convoi spécial. Installés dans des civières pour les transporter, ils ont fait le voyage dans un bassin suffisamment grand pour leur permettre de nager en permanence : c’est ainsi qu’ils respirent. Vulnérables, on les trouve à l’état naturel dans les eaux du Mississipi, où ils sont capturés pour leurs œufs qui donne du caviar américain. Cette espèce est aussi très présente dans des fermes d’élevage.

Leur dos est gris et leur ventre plus clair comme les requins scie. Mais leur grande particularité c’est leur nez plat d’une longueur infinie... 30 cm pour 12-15 kg. L’os de leur nez, le rostre, est très alvéolé et vascularisé avec des capteurs sensitifs qui leur permettent de détecter la nourriture. Comme le requin baleine, le poisson spatule mange du plancton en filtrant l’eau, bouche ouverte. Nos trois compères partagent leur espace vital avec une quarantaine de leurs congénères esturgeons pour la plupart : esturgeons sibérien, esturgeons albinos, esturgeons ruthenus.

Le métier de Thomas exige beaucoup de qualités : hormis les compétences scientifiques et techniques, il doit faire preuve de finesse d’observation, réactivité, sang-froid. Ce qui le fascine le plus : le contact avec les animaux. Sa plus grande satisfaction : instaurer une complicité entre les poissons et lui. Situés au cœur de l’aquarium, à l’entrée de l’Alligator Park, ils évoluent, sereins, dans un bassin de 4 m de fond contenant 100 000 litres d’eau.

En savoir plus : Aquarium du Périgord Noir Tél. : 05 53 07 10 74 ou sur www.aquariumperigordnoir.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article