Publié par Reporter d'infos

C’est sans doute l’un des plus improbables festivals de France. Chaque année, tous les cinéphiles de la Nouvelle-Calédonie se donnent rendez-vous dans un petit village de la côte ouest, au cœur de la brousse, pour le Festival du Cinéma de La Foa, qui accueille un grand nom du septième art autour d’une sélection de films d’auteurs. Pour sa 13ème édition, du 24 juin au 1er juillet 2011, c’est le charmant Mathieu Demy, fils des réalisateurs Jacques Demy et Agnès Varda, qui est invité à présider le Festival. Il partagera avec les spectateurs ses premiers courts métrages en tant que réalisateur : Le plafond  et La bourde, ainsi qu’une comédie dont il porte le rôle principal : L’art de séduire. Un vrai cadeau puisque ce film n’est pas encore sorti en salles en France. 
 
Le Festival du cinéma de La Foa, c’est la volonté d’offrir, sur une semaine, une pléiade de films internationaux primés ou nommés lors de grands festivals comme celui de Cannes ou de la Mostra de Venise. A ses débuts, l’évènement attirait environ 2 000 spectateurs, un chiffre qui a quasiment quadruplé aujourd’hui. Les stars du cinéma venant jusqu’à ce petit coin de France aux antipodes, savent qu’ils sont ici loin des paillettes et des paparazzi, dans une atmosphère conviviale, ou la passion du cinéma et les films présentés sont au cœur du Festival de la Foa.  Jean-Pierre Jeunet, Gérard Jugnot, Charles Berling, Claude Brasseur, Gérard Darmon, Patrice Leconte, Claude Pinoteau, Catherine Jacob, Jane Campion, Philippe Torreton, Cécile de France et Zabou Breitman se souviendront longtemps du fameux accueil « broussard » qu’ils ont reçu lorsqu’ils ont, chacun à leur tour, présidé le Festival du cinéma de La Foa.
 
Petite histoire de l’aventure cinéphile calédonienne
 
Petit commune de 3 000 âmes, La Foa, située à 150 km de la capitale Nouméa, est une terre broussarde avec ses stockmen, mais aussi une terre Kanak avec ses tribus et ses traditions. Elle abrite également un lieu bien précieux aux yeux de ses habitants : sa salle de cinéma, témoin de rencontres magiques. L’aventure du Festival a débuté en 1999 sous la présidence prestigieuse du réalisateur Jean-Pierre Jeunet, très connu notamment pour son film « Amélie Poulain ». Il donnera ainsi son nom au cinéma de La Foa. En parallèle, des projections sont réalisées durant le Festival dans les salles de Nouméa, au Centre Culturel Tjibaou et dans certaines tribus.            
 
Dès la première année, l’association du festival du cinéma de La Foa s’est fixée pour objectifs :
- l’élaboration d’une sélection inédite et internationale dans la catégorie films d’auteurs,
- la mise en place d’un concours de courts-métrages calédoniens permettant de susciter la création de films locaux,
- l’accueil d’un professionnel du cinéma, acteur ou réalisateur, parrainant la manifestation et présidant le jury du 1er concours de courts-métrages.


Cette année, 18 longs-métrages internationaux seront présentés, avec un coup de projecteur sur le cinéma argentin et britannique. Une rencontre est également prévue avec le jeune réalisateur australien Derek Erskine qui nous fera frémir avec son film Bolivian Kiss. Une partie de son prochain long-métrage, coproduit avec Bertrand Cadart, devrait être tournée en Nouvelle-Calédonie.  Blottie contre la chaîne montagneuse calédonienne et largement ouverte sur la mer, La Foa recèle mille et une activités touristiques. Chacun y trouve son plaisir, entre la découverte du patrimoine et des tribus, les excursions multiples et les activités sportives. La commune est également connue pour son spectacle Son et Lumière au Fort Téremba, ancien pénitencier. Après avoir longtemps été laissé à l’abandon, il a finalement été réhabilité grâce à l’action de l’association locale « Marguerite ». Le bâtiment principal abrite désormais une exposition permanente sur l’histoire du fort.
 
Le spectacle Son et Lumière est un véritable voyage dans le passé auquel sont conviés, depuis 1987, les spectateurs. Chaque année, sous les feux des projecteurs et grâce à une succession de tableaux vivants,  plus de 160 figurants font revivre les grands et les petits moments de l’histoire calédonienne. Et pour clôturer le spectacle, le Fort s’embrase des mille feux d’un fantastique spectacle pyrotechnique.
 
Plus d’infos sur : www.festivalcinemalafoa.com et www.lafoatourisme.asso.nc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article