Publié par Reporter d'infos

panau0.gifDimanche 9 octobre, la foire aux potirons et aux légumes oubliés de Tranzault reprend ses quartiers d'automne. Plus de 10 000 visiteurs, jardiniers en quête de légumes rares et fins gourmets à la recherche de saveurs naturelles, participent chaque année à cette manifestation. Rassemblant tradition potagère et savoir-faire culinaire, la Foire aux légumes oubliés met à l'honneur des centaines de variétés de cucurbitacées aux formes les plus étranges et aux couleurs rutilantes.

Les cuisiniers rivalisent d'imagination pour affirmer le sucré/salé de ces trésors végétaux tandis que d'autres légumes rares font leur apparition : giraumonts, pâtissons, pommes d'or... Ainsi la Sucrine du Berry, quasiment inconnue il y a 20 ans, a été authentifiée pour la première fois lors de la foire de Tranzault. Cette variété de courge musquée, réputée pour ses qualités gustatives et son excellente conservation, sert à la confection du Citrouillat (tourte aux potirons), typique du Berry.

dsc002593.gifDe nombreux stands proposent vente de courges ou de produits cuisinés dérivés et de légumes rares pendant que semenciers et cougourdiers informent le public sur les techniques de jardinage de ces espèces ou font découvrir des variétés méconnues ou oubliées. A l'origine de cette manifestation, Jacques Aubourg, universitaire et président de l'Union pour la préservation et la valorisation des ressources génétiques du Berry, veut faire renaître ce patrimoine culinaire, qui doit permettre de retrouver les saveurs de l'enfance.

Et aussi : Samedi 29 et dimanche 30 octobre 2011, journées de la pomme et des fruits de pays organisées par la Société pomologique du Berry qui œuvre depuis 1984 à la réhabilitation des variétés rustiques de pommes et fruits anciens.

Informations pratiques
- Foire aux légumes oubliés ouverture de la Foire à 8h30 Parkings à proximité Restauration champêtre et en salle.
Plus d'infos sur www.foireauxpotirons.new.fr Tél. 02 54 30 81 80

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article