Publié par henry SALAMONE

expo presse Et si la SNCF n'avait plus le sacro saint monopole de l’exploitation du réseau ferré français ? Selon notre confrère Les Echos,  la Commission européenne devrait en effet dévoiler d’ici fin janvier un texte de loi ouvrant toutes les lignes à d'autres sociétés.

 

La SNCF va devoir s'habituer à travailler avec de sérieux concurrents dans les années à venir, notamment en ce qui concerne le secteur des lignes de TGV. En effet, Bruxelles veut ouvrir à la concurrence l’ensemble du réseau, et la Commission européenne prévoit un texte législatif en ce sens le 23 ou 30 janvier prochain.

 

P1000645

 

Rappelons que les lignes internationales sont déjà ouvertes à la concurrence depuis 2009. Et si aujourd'hui peu de prestataires ont présenté leur candidature, les bouleversements que devraient entrainer cette mesure seront, à ne pas en douter, d’une tout autre ampleur. La Commission européenne souhaite que tout opérateur puisse faire rouler ses trains sur n’importe quelle ligne. Pour résumé :  les technocrates optent pour une concurrence totale.

 

La SNCF doit donc s’attendre à l'arrivée à d’autres mastodontes du transport ferroviaire sur ses lignes dont les plus rentables comme Paris-Lyon-Marseille, ou encore Paris-Lille. Pour les Transports Express Régionaux (TER), les textes prévoyaient déjà une libération progressive d'ici à 2019. Les régions devant se soumettre à un appel d'offres. La bataille sur les prix s’annonce donc féroce.

 

Liege-008.jpg Sachant que les gares sont gérées par la SNCF et si des concurrents arrivent, il faudra trouver une autre politique, de la même manière qu’il faudra certainement en revoir la conception, les gares étant pour l’heure prévues pour accueillir un seul opérateur. En d’autres termes, de forte perturbations risquent aussi de toucher les usagers.

 

Autre changement dans le collimateur de l'exécutif bruxellois : la gestion. Bruxelles souhaite en effet distinguer la partie gestion du réseau ferré et la partie transport, condition indispensable selon la Commission d’une concurrence efficace. Or, à ce jour, Réseau Ferré de France (RFF) gère le rail tandis que la SNCF l’exploite, mais Paris souhaite  une réforme ferroviaire.

 

Réforme qui va faire l'objet d'une loi au cours de l'année prévoyant le rapprochement de RFF et des fonctions de maintenaces assurée par la SNCF afin de créer un nouveau gestionnaire unifié pour les infrastructures.

 

A noter...
La SNCF devrait dévoiler ce mois-ci sa première rame de TGV low-cost, rebaptisée "TGV éco", dont le démarrage est prévu pour le premier semestre 2013. "L'image du train n'est pas assez associée aux petits prix", estime Guillaume Pepy, le président de la SNCF. Cette offre permettra chaque année à un million d'usagers de voyager à moins de 25 euros sur l'axe Paris-Lyon-Marseille-Montpellier.

 

Ce "TGV éco" embarquera davantage de passagers qu'un train classique. Pas de première ni de seconde classe... tous les voyageurs seront logés à la même enseigne, dans un confort qualifié par la SNCF de "basique". Pour diminuer encore plus les coûts, ce TGV desservira les gares "bis", où les péages sont moins chers. Cette initiative est une première dans le monde. Jusqu'à présent, aucun opérateur n'a encore lancé d'offre à bas coûts 100 % TGV.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article