Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié par Corinne Préteur

Stephane_Glacier.pngStéphane Glacier est Meilleur Ouvrier de France, et bien connu pour les formations qu'il propose au sein de l'Ecole " Pâtisseries & Gourmandises" qu'il dirige à Colombes en région parisienne.

Le 2 juin, veille de la Fête des Mères, le célèbre chef pâtissier reçoit les amateurs pour leur apprendra à réaliser un best-seller de la pâtisserie qui prendra la forme d’un coeur pour l’occasion : le macaron !

Première étape : la démonstration complète de la recette mais aussi et surtout un grand moment de transmission du savoir-faire du maître. Pourquoi les macarons craquent-ils ? Pourquoi faut-il laisser reposer les blancs d’oeufs ? Peut-on parvenir au même résultat avec un four ménager ? Le chef rappelle que tout est question d’équilibre et de précision : "C’est en comprenant les ingrédients et leur composition que l’on devient un bon pâtissier".

Puis, c’est au tour de chaque participant de prendre place à son poste pour reproduire chaque étape et parvenir à obtenir le précieux macaron sous le regard bienveillant mais exigeant de Stéphane Glacier.

Le cours est programmé de 15h à 18h.

Coût : 80 € et vous repartez avec le fruit de votre travail.

Si vous ne souhaitez pas mettre la main à la pâte, rendez-vous à la boutique qui jouxte l'Ecole pour offrir un cadeau gourmand à votre maman épicurienne : la charlotte aux fraises. Le croquant des petits biscuits rose à la cuillère, allié à l’onctuosité de la crème à la vanille de l’île de la Réunion offre un jeu de texture qui appelle à une seconde bouchée. Coté saveur, la fraise est à l’honneur et est à apprécier sous toutes ses formes : en confit de fraise Mara des bois et à croquer en fruits avec les fraises de pays. A la fois généreuse, pleine de légèreté et romantique la charlotte aux fraises de Stéphane Glacier est comme le Pâtissier, pleine de caractère !

Pâtisserie & Gourmandises, l'Ecole - 20 rue Rouget de Lisle à Colombes - Tél 01 57 67 67 33 La boutique se situe 66 rue du Progrès à Colombes.

Commenter cet article