Publié par Henry SALAMONE

expo presseLe jour de la Saint-Valentin, le 14 février, est considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux et de l'amitié. Les couples en profitent pour échanger des mots doux et des cadeaux comme preuves d’amour ainsi que des roses rouges qui sont l’emblème de la passion.

 

 

Comme pour la majorité des fêtes, les origines de la Saint Valentin ne sont par certaines, mais la majorité des historiens s'accordent à penser que cette fête trouve son origine dans la Rome antique. Pour le reste les avis divergent beaucoup. A l’origine, c'était une coutume païenne avant que cette fête fut finalement  assimilée par Église catholique romaine par la désignation de saint Valentin comme saint patron des couples.


Le saviez-vous ?
Il semble que 3 saints sont
à l'origine de la fête
de la saint Valentin :
- L'empereur romain Claude II
- L'évêque de Terni
- Valentin de Rhétie
Les seules origines vérifiées
de la saint Valentin remontent
au Moyen-Age. 
Saint-Valentin-Fete-des-amoureux.jpg


Autre incertitude : le jour de la Saint-Valentin n’aurait pas été associé avec l’amour romantique avant le haut Moyen Âge mais avec... l'amour physique ! Aujourd'hui, la fête est maintenant associée plus étroitement à l’échange mutuel de « billets doux » ou de valentins illustrés de symboles tels qu’un cœur ou un Cupidon ailé.

 


Raymond Peynet, l'homme qui immortalisa les amoureux
raymond_peynet.jpgRaymond Peynet  né le 16 novembre 1908 à Paris, décédé le 14 janvier 1999 à  Mougins était le papa des " Amoureux de Peynet". Il suit les cours de dessins dans une école située juste en face de chez lui. Il commencera à travailler  pour la publicité, puis pour les  catalogues de grands magasins, pendant la guerre il travaillera pour 2 journaux.

 

C'est en 1942 qu'il crée les personnages du poète  et de sa compagne. Ils seront baptisé par Max Favalelli " les amoureux de Peynet " après  avoir découvert les dessins de Peynet. Ce sont ces amoureux qui inspireront Georges Brassens pour sa chanson " Les amoureux des  bancs publics".

 

Dans les années 50, il y aura les poupées Peynet, fabriquées en latex, habillées dans les tenues de chaque province de France et dans les tenues de plusieurs pays. Il fut très apprécié au Japon où il existe 2 musées ( Karuizawa et Sakuto-Cho ) à Hiroshima. Il existe 2 musées en France, l'un à Antibes et l'autre à Brassac les Mines.

Le village des Amoureux : 
Saint-Valentin dans l'Indre

Avant la première Guerre mondiale, les habitants ne manquaient pas de fêter Saint-Valentin. La journée commençait par une grand-messe à laquelle participaient une dizaine de prêtres et toute la population. Ensuite tous partaient en procession par les rues du bourg, derrière la bannière du saint, avant de revenir en chantant vers l'église.

 

En 1965, fut instituée à Saint-Valentin la fête nationale des Amoureux. Celle-ci fut placée sous le haut patronage de la Fédération nationale des fleuristes et la Fédération nationale des Commerçants. Mme Déon, alors maire, et différentes associations, dont la Fédération des Unions Commerciales de l'Indre, organisèrent cette première journée qui connut un véritable succès et rassembla plus d'une centaine de couples de fiancés.

 

Les années suivantes la participation fut encore plus nombreuse. La fête s'étendait sur trois jours et comprenait à la fois messe, bénédiction des fiancés, procession, coutume berrichonne des brandons, bals et fête foraine. 

 

La Loterie Nationale elle-même venait à Châteauroux faire le tirage de la "super-cagnotte" de la Saint-Valentin. Quant à Raymond Peynet, le célèbre illustrateur des amoureux, il prit dès cette époque l'habitude de créer chaque année un nouveau dessin pour le village. Voilà pour l'histoire...


413_htmlarea_perso_11030_1.jpg

 

Aujourd'hui, la fête est célébrée uniquement au village. Les habitants consacrent plusieurs semaines à la décoration de leur maison qu'ils tapissent de fleurs. Le dimanche le plus proche du 14 février, les amoureux de tous âges se donnent alors ici rendez-vous. Parmi eux, des Autrichiens et des Japonais notamment, flânent dans les rues du village au son des vielles et des cornemuses, ou parcourent les allées du Jardin des Amoureux, aménagé en 1989.

 

 

Commenter cet article