Publié par Corinne Préteur

l1070198Connu dans le monde entier, le panama vient d'Equateur et non pas de Panama. Ses origines demeurent incertaines et on connait mal aussi l'art complexe de son tressage. Les plus beaux chapeaux coiffent des têtes couronnées, tandis que les célébrités sont même prêtes à payer des sommes colossales pour porter les plus élégants : jusqu'à 10.000 € !!

Malgré un marché qui se porte bien surtout dans le luxe, la tradition pluriséculaire est en réelle voie d’extinction en Équateur. En regardant le reportage de Jörg Daniel Hissen diffusé sur ARTE dans 360° Géo, vous comprendrez pourquoi...

Les jeunes Équatoriens ne s’intéressent plus au tressage des panamas. Le métier est dur et surtout la rémunération est loin d'être à la hauteur du travail fourni... plusieurs mois pour un tressage fin et précis. Trop longtemps exploités par des intermédiaires sans scrupules, les tresseurs filent travailler à l'étranger, aux USA ou en Espagne. Cet exode est aussi provoqué par les copies venant de Chine, vendues à prix bas et concurrençant donc les originaux.

Simon Weaving 3283Simon Espinal a 40 ans, il est tresseur à Pilé, sur la côte; Carmen Florinda Portillo a 39 ans, son atelier est à Yuel, un village des Andes; Brent Black quant à lui vient d’Hawaii, c’est un grand amateur de panamas. Tous trois sont inquiets. Tous trois s’engagent pour la survie de cet artisanat, chacun à sa manière. 360° - GEO montre le quotidien de Simon, de Carmen et de leurs familles.

Une vie rude, pleine de privations, mais qui les satisfait dans le fond, puisqu’ils perpétuent la tradition et qu’ils vivent au milieu de leur communauté villageoise. Nous apprenons pourquoi il aurait pu en être autrement. Pourquoi ils ont bien failli changer de métier et ne l’ont pas fait. Pourquoi ils ont repris espoir dans leur vie et dans l’avenir du panama. Fier de son savoir-faire, Simon a déjà enseigné l’art du tressage à ses trois enfants.

Il faut au moins ça, car à part lui, il n’y a guère qu’une vingtaine de chapeliers capables de fabriquer le plus légendaire de tous les chapeaux de paille : le « Montecristi Superfino ». Avec son agent commercial Gabriel Delgado et son père Senovio Espinal, Simon voudrait fonder une école de tressage de panamas à Pilé. Le rêve deviendra-t-il un jour réalité ?

Prochaines diffusions : dimanche 15 janvier à 13h00, vendredi 20 janvier à 12h00, samedi 21 janvier à 10h00.

Plus d'information sur le blog de Brent Black. ICI.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article