Publié par Corinne Préteur

Vous aimez le chocolat ? Venez à Paris le temps d'un week-end et poussez les portes du Musée Gourmand du Chocolat qui se trouve sur les Grands Boulevards, à deux pas des théâtres !


musee-gourmand-chocolat.jpg

 

Sur quelques 850 m2 répartis sur 3 étages, vous vous plongerez dans l’histoire du cacao illustrée par les méthodes de fabrication et de dégustation à travers le temps. Vous y découvrirez une collection privée remarquable de plus de 1000 objets et ustensiles aussi insolites que fascinants. Vous y trouverez une boutique. Vous pourrez aussi vous inscrire à des ateliers destinés aux grands comme aux petits pour apprendre à confectionner des chocolats que vous emporterez après le cours. La réservation est indispensable via le site internet.


expo_praline.jpgMais surtout  le Musée Gourmand du Chocolat organise régulièrement des expositions à thème. Après « Kunas & Cacao », vous pouvez maintenant vous plonger dans l’histoire de la praline belge qui fête ses 100 ans. Vous découvrirez alors les étapes qui permettent de réaliser une praline : tempérage, moulage, enrobage... mais aussi  l'histoire des moules à chocolat qui étaient jadis en étain, puis en cuivre, en fer, en bakélite puis en polycarbonate. Enfin l’exposition s’intéresse aux différents contenants pour les bonbons au chocolat : bonbonnières, boîtes en fixé-sous-verre et boîtes métalliques.


Pour Eddy Van Belle, le fondateur du Musée, la praline constitue une étape importante dans l’histoire du chocolat. Elle permet de combiner harmonieusement des formes nouvelles et des intérieurs rafraîchissants, traditionnels ou surprenants, tout cela en une bouchée qui peut être facilement dégustée à tout moment et n’importe où. Grâce à la praline ou bonbon chocolaté, le chocolat prend toute sa dimension goût et plaisir. La dégustation du chocolat en est sublimée.

 

Savez-vous d’où vient le nom "praline" ?

C'est un aristocrate et militaire français du XVIIe siècle nommé César de Choiseul. Il était le Comte du Plessis-Praslin. Fin gourmet, il avait à son service le cuisinier Clément Jaluzot qui inventa un bonbon composé d’une amande trempée dans du sucre cuit qui pouvait être teinté et parfumé de diverses manières.

En hommage à son maître, le cuisinier décide de donner à ce bonbon le nom de « prasline » qui par la suite est devenue « praline ». Elle sera ensuite concassée et broyée pour devenir le « pralin » utilisé en pâtisserie ou écrasée et mélangée à du chocolat pour former le praliné qui donne naissance à la praline belge en 1912.


image004.jpgNeuhaus inventa la praline belge...
En 1857, Jean Neuhaus quitte la Suisse pour s’installer à Bruxelles. Il ouvre une confiserie pharmaceutique au sein de laquelle il vend des bonbons contre la toux, de la réglisse contre les maux d’estomac ou encore du chocolat amer. Des produits qui ressemblent plus à des médicaments qu’à des friandises.

 

Son fils Frédéric devient confiseur et crée des bonbons au caramel, des pâtes de fruit ou encore du chocolat à la vanille. C’est sont fils Jean, également confiseur, qui en 1912 invente la praline belge. Il s’agit d’une petite coupelle en chocolat fourrée de praliné. Avec son épouse Louise Agostini il innovera également en matière d’emballage. En effet, à cette époque les pralines étaient emballées dans des cornets en papier qui écrasaient les chocolats. Ils créent une petite boîte rectangulaire en carton et déposent le dessin en 1915. Le ballotin était né.

 

INFOS PRATIQUES :

Le Musée Gourmand du Chocolat est ouvert tous les jours de 10h à 18h
(dernières entrées à 17h).
Prévoir 1h à 1h30 de visite.
Fermetures annuelles le 25 décembre et le 1er janvier.

Entrée adulte : 9 €,
Etudiants et seniors : 8 €,
Enfants de 6 à 12 ans : 6 €,
Gratuit pour les moins de 6 ans.

Pour réserver un atelier, cliquez ICI.
Ils sont organisés les derniers dimanches de chaque mois. Plusieurs formules : atelier 1h à 35€ et 40€/pers, atelier 1h30 à 50€ ou 60€/pers, selon les thématiques.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article