Publié par Corinne Préteur

cinema-balzac.jpgC'est une bien triste nouvelle que nous recevons à l'instant de la Mairie de Paris, celle d'un cinéma mythique "Le Balzac" conduit à fermer ses portes pendant les fêtes de Noël, pour une raison de mauvaises relations et de concurrence entre les circuits de distribution associés aux grandes salles et les indépendants qui n'ont plus accès aux films art et essai.

Pourtant soutenu par la Ville de Paris dans le cadre de sa politique de préservation de la diversité du tissu de salles parisiennes, le Balzac ne sera plus...

Cette situation témoigne des relations tendues entre distributeurs et exploitants art et essai, mais surtout de la concurrence entre salles de circuits et cinémas indépendants. Si la concurrence fait partie de la vie économique, sa régulation, notamment face à l’abus de position dominante, permet de créer les conditions nécessaires au maintien du pluralisme cinématographique.  

A ce titre, la situation du Balzac constitue un cas révélateur du risque de marginalisation des salles qui mènent un travail exigeant pour la diffusion des films d’auteur et qui se voient privées, par leurs puissants concurrents, des films art et essai les plus porteurs.

Christophe Girard, adjoint au maire de Paris chargé de la culture, souhaite donc que le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) et le Médiateur du cinéma puissent réunir rapidement l’ensemble des acteurs de l’exploitation sur les Champs-Elysées ainsi que les distributeurs, afin que des engagements clairs puissent être pris, pour garantir une réelle diversité de l’exploitation cinématographique à Paris et une bonne exposition des films.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article