Publié par Henry SALAMONE

expo presse Le réseau Fleurs de Soleil se bat depuis
plusieurs années pour une meilleure
reconnaissance de son label. Né en 1997
à Aix-en-Provence, il compte aujourd'hui 574
chambres d'hôtes réparties dans toute la
France et dans les DOM-TOM.
Par Henry Salamone

 

 

Quatrième réseau de France, après Gîtes de France, Clévacances et Accueil Paysan, ce label revendique aujourd'hui sa différence : il ne regroupe que des chambres d'hôtes, toutes soumises à une charte de qualité exigeante. Pour renforcer cette attention à la qualité, Fleurs de Soleil a obtenu de l'AFAQ-AFNOR la fameuse certification ISO 9001 en 2002. Cette dernière est, depuis, reconduite tous les années. Soulignons que Fleurs de Soleil est le seul label certifié Iso 9001.

 

 

avec-ou-sans-label-chambres-hotes-et-gites-ruraux.jpg 21fdec3749928f0dc6457bf66fa16aa01562940714


 

Par ailleurs, farouchement attaché à la personnalisation de l'accueil en chambre d'hôtes, le label Fleurs de Soleil est à l'origine de la loi du 14 avril 2006, qui réglemente de manière plus précise les chambres d'hôtes. Géré par une soixantaine de bénévoles sur tout le territoire, Fleurs de Soleil s'est engagé, sous la houlette de son nouveau président Robert Lauth, dans une démarche visant à faire reconnaître son label sur le plan national par tous les Comités Départementaux de Tourisme (CDT).

 

Un label non reconnu par certains CDT

Rlauth.jpg" Les adhérents cotisent tous à leur office de tourisme local pour assurer la promotion de leur chambre d'hôte et être dans leurs listings explique le président Robert Lauth (photo ci-contre). Or il s'avère que certains CDT, obligés pourtant de regrouper ces informations au niveau départemental, n'inscrivent pas les maisons d'hôtes Fleurs de Soleil dans leurs listings et de fait ne reconnaissent pas le label ".

 

Depuis la loi du 23 juillet 2010, les classements ne sont pas reconnus par l'Etat. De son côté, le label Fleurs de Soleil, conformément à la loi, ne classe pas ses adhérents. Sa charte de qualité garantit que toutes les chambres d'hôtes du réseau offrent un niveau de confort supérieur. De plus, le caractère unique et atypique de chaque lieu ne permet pas de les comparer

Parmi ces CDT: le Lot, la Haute-Garonne, l'Allier, l'Aude, les Hautes-Alpes, l'Ardèche, le Loire-Atlantique, les Ardennes.

 

En revanche, les démarches engagées ces dernières années auprès de nombreux CDT ont eu des effets positifs, aboutissant à l'intégration des chambres d'hôtes Fleurs de Soleil dans leur listing.

 

Mais là aussi, certains CDT présentent les chambres d'hôtes en fonction des différents classements internes - épis, clés...- que les autres labels délivrent à leurs adhérents.

 


 

Alors, comment classer une péniche à Paris face à un château en Bordelais? Pourquoi les maisons d'hôtes Fleurs de Soleil, se retrouvent-elles trop souvent en bas de classement dans les CDT qui reconnaissent le label ? Autant de questions auxquelles le président de Fleurs de Soleil, Robert Lauth, voudrait des réponses... Affaire à suivre.

 

 

A noter
L’intégration à l’un des labels nationaux lors de l’ouverture d'une chambre d’hôtes, donne accès à une subvention du Conseil Général. Cette aide qui varie selon les départements, est en moyenne de 18 100€ pour un gîte et 4 100€ pour une chambre d’hôtes et atteint jusqu’à 30% des investissements HT. Ensuite, les labels apportent une marque, une notoriété et un gain de crédibilité face aux potentiels clients de chambres d’hôtes.

 

Ils offrent également un panel de services complémentaires de communication et de commercialisation tels que le positionnement des hébergements labélisés sur un portail internet et sur un guide papier allant pour certains jusqu’à l’accès à une centrale de réservation payante. Les labels convient également leurs propriétaires à des réunions d’informations annuelles et selon les départements, peuvent également offrir des formations payantes ou gratuites sur le thème de la chambre d’hôtes et/ou des gîtes ruraux


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article