Publié par Corinne Préteur

1ers-TRAINS--140-C-27-034.jpg

La 140 C 27, joyau de la ligne touristique, retrouve l’écrin des Cévennes désormais inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. Elle est à présent la plus grosse locomotive en circulation régulière sur un chemin de fer touristique français. La loco circule entre Anduze et Saint-Jean-du-Gard.

Après 20 ans d’absence, la grande dame d’acier de quelque 150 tonnes en ordre de marche et d’une puissance de 1400 cv, assure les 6 circulations quotidiennes du premier train touristique à vapeur de France.

La 140 C 27, qui n’était plus exploitée depuis 1991, avait quitté le territoire français le 22 février 2008 pour rejoindre l’ex Allemagne de l’Est où elle a été entièrement restaurée.

Trois années auront été nécessaires pour lui redonner son visage d’origine. La restauration de la locomotive, classée monument historique, aura nécessité plus de 10.000 heures de travail et une enveloppe de plus de 650 000 €. Acquise en 1974 auprès de la SNCF, la 140 C 27 est l’une des dernières locomotives de sa série sur le territoire français. Construite en 1917, cette locomotive fut, entre autres, destinée à la traction des trains d’artillerie lourde sur les voies ferrées au temps de la Grande Guerre.

La vallée des gardons à toute vapeur !

A bord de voitures historiques, sur la ligne sinueuse et escarpée qui relie Anduze à Saint-Jean-du-Gard, le Train à Vapeur des Cévennes propose un divertissement familial riche en émotions et offre des panoramas exceptionnels sur la vallée des Gardons. Avant le départ, le rituel de la mise en eau de la locomotive attire les voyageurs en tête de train. On rejoint ensuite le convoi pour prendre place à bord de la voiture « Bastille », de la voiture postale ou des voitures baladeuses ; découpées de larges ouvertures, ces dernières permettent de profiter pleinement du paysage et des sensations fortes de la vapeur. La montée en puissance de la locomotive et le sifflet du chef de gare annoncent le départ. Le train s’élance pour un périple de 45 minutes. Sur une voie unique, longue de 13 km, le train franchit 4 tunnels et 8 viaducs, découvrant paysages verdoyants et monts escarpés, dont la célèbre Porte des Cévennes. A mi-parcours, une gare dessert la Bambouseraie de Prafrance où les curieux pourront faire une halte. Au terme du voyage, une aire de pique-nique en libre accès, une buvette et un wagon pique-nique permettent de se restaurer.

Le retour de la 140 C 27 en pays cévenol marque l’hommage appuyé que François Zielinger, propriétaire du Train à Vapeur des Cévennes, souhaitait rendre à son frère Benoît, disparu en 1989, après avoir fondé en 1986, avec cette locomotive, la CITEV, compagnie exploitant le Train à Vapeur des Cévennes.

Plus d'informations sur le site : http://www.trainavapeur.com/

Commenter cet article