Publié par Corinne Préteur

michelin_20131.jpg

L'édition 2013 du Guide Michelin compte 596 restaurants étoilés et 632 restaurants "Bib Gourmand" dont 98 nouveaux.

 

Le guide 2013 sera en vente dès le 1er mars.

 

Parmi les établissements triplement étoilés, "La Voile d’Or", le restaurant gastronomique de la Résidence de la Pinède à Saint-Tropez obtient sa 3e étoile, une consécration pour Arnaud Donckele ce jeune chef de 35 ans qui orchestre une cuisine exceptionnelle. arnaud-donckele-big

"La cuisine d’Arnaud Donckele est une expérience unique et mémorable" explique Michael Ellis, Directeur International des guides Michelin. "Son travail autour du poisson est extrêmement intéressant, et il a su s’entourer de producteurs locaux, qu’il a lui-même cherché, pour travailler des produits d’une qualité irréprochable. Au final, tous les critères étaient réunis pour l’obtention d’une troisième étoile".

 

Pour cette édition 2013, 5 nouveaux restaurants obtiennent leur 2e étoile :

  • La Table du Kilimandjaro (Nicolas Sale) à Courchevel,
  • La Marine (Alexandre Couillon) à Noirmoutier,
  • Le Chapeau Rouge (William Frachot) à Dijon,
  • Yoann Conte à Veyrier-du-Lac,
  • L’Auberge du Pont d’Acigné (Sylvain Guillemot) à Noyal s/Vilaine,

382337_233148836821866_1091275344_n.jpg 

et 39 nouveaux restaurants décroche leur première étoile, dont Ma Sa, le restaurant d'Hervé Rodriguez à Boulogne-Billancourt (92), Itinéraires, le restaurant de Sylvain Sendra à Paris 5e, La Dame de Pic (Anne-Sophie Pic) et l’Instant d’Or à Paris 8e (voir notre article), mais aussi Meulien à Tournus (71), l’Atelier à Biarritz (64), etc.

 

Malheureusement chaque édition de guide voit aussi des étoiles disparaître comme c'est le cas (pour n'en citer que quelques-uns) de : la Réserve à Beaulieu s/Mer et de la Bigarrade à Paris 17e qui passent de 2 à 1 étoile, de la Ferme Saint-Siméon à Honfleur, du Manoir de Restigné à Bourgueil, des Ambassadeurs à Paris 8e, du Médicis à Blois, de La Maison d'A Côté à Montlivaut... qui perdent leur seule et unique étoile.

 

Le sérieux du Guide Michelin

L’occasion nous est donnée pour que nous rappelions le travail des inspecteurs du guide qui sillonnent chaque jour les routes de France à la recherche de nouvelles adresses et de perles rares, en testant toutes toutes sortes d’établissements (brasseries, bistrots, petits restaurants, tables d’exceptions) et de styles de cuisine (française, italienne, asiatique, moderne ou du terroir).

Ces inspecteurs travaillent de façon anonyme, en payant systématiquement leurs additions, et déjeunent ou dînent comme des clients ordinaires. Mais c’est en professionnels qu’ils évaluent chaque assiette, en s’appuyant sur les 5 critères qui sont la qualité des produits utilisés, la personnalité de la cuisine, la maitrise des cuissons et des saveurs, le rapport qualité-prix, la régularité.

Ce long travail de terrain rappelle que la gastronomie française est une valeur sûre : les chefs proposent toujours plus d’authenticité dans le travail de leurs produits, plus de sobriété dans leurs créations tout en s’inscrivant dans une cuisine traditionnelle mais résolument moderne.

Valeur sûre également car la cuisine continue d’attirer toujours plus de chefs étrangers, soucieux d’apprendre à maitriser une cuisine française de très haute qualité. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à exporter la cuisine française hors des frontières hexagonales, contribuant ainsi au rayonnement de la gastronomie française à l’étranger.

Commenter cet article