Publié par Henry SALAMONE

expo presse
Capitale européenne de la culture cette année, Marseille donne le coup d'envoi des festivités le samedi 13 janvier, après cinq ans de préparation. La programmation joue tour à tour sur des valeurs sûres et des initiatives plus atypiques.

 

article_MARSEILLE-2013-SILO.jpg

Comme capitale européenne de la culture,Marseille-Provence2013 ne ressemble, il est vrai, à aucune autre. «Elle présente au moins trois particularités qui ont conditionné la programmation, constate Jean-François Chougnet, directeur général de la manifestation. La première, c'est le territoire : non pas une ville ou une agglomération constituée mais un ensemble de 90 communes avec une coordination compliquée.

 

 La seconde, c'est la Méditerrannée: conçu avant les printemps arabes et au moment du projet de l'Union pour la Méditerranée, la capitale a été pensée comme le lieu d'un dialogue entre les deux rives et bien des projets y font référence. La troisième, c'est le financement : sur un budget de 91,5 millions d'euros, 15 millions d'euros viennent des entreprises.»

 

400 événements et de nouveaux lieux

Le week-end d’ouverture les 12 et 13 janvier prochain sera marqué par un parcours d'art contemporain à Aix-en-Provence, une fête en soirée dans trois quartiers de Marseille, une immense chasse au trésor et un spectacle pyrotechnique à Arles.

Certain diront que la programmation n'a pu voir le jour que grâce à un art consommé de la concertation et de la diplomatie. Pour preuve, la diversité des genres. Du spectacle avec Les Mille et Une Nuits créé au Grand Théâtre de Provence ou Ali Baba de Macha Makeieff  à la Criée, des expositions avec «Le Grand Atelier du Midi» à Marseille et Aix qui réunit, des impressionnistes aux fauves, les toiles nées sous sa lumière, ou Guiseppe Penone à Arles et Christian Lacroix à Montmajour. S'y ajoutent des manifestations entretenant un lien plus distant avec la culture: nuits branchées, gastronomie ou tout simplement de la marche à pied.

 

Autre manifestation atypique de cette importante programmation: la marche... à pied. Cheminant sur 360 kilomètres à travers 39 communes, le GR 2013 verra le jour tandis qu'en mai et juin la «Transhumance» permettra aux volontaires de cheminer ensemble à travers le territoire, le Maroc et l'Italie. Sans oublier une opération très spécifique, les ateliers Euro Méditerrannée, montés pour répondre à la participation des entreprises privées.


1_MuCEM_FSJ_J4_vue_aerienne.jpg 18a26fc6-5661-11e2-9b55-03a130f2e07b-493x328.jpg

 

La plupart ont, selon leur souhait, accueilli un artiste plasticien en résidence de création. Ainsi Wael Shawky dont la pièce créée à Aubagne a été montrée à la Documenta de Cassel et le sera à nouveau dans l'exposition «Ici et ailleurs», réunissant 39 artistes contemporains, à la Belle de Mai à Marseille, dès samedi.

 

Dernière difficulté de la programmation : trouver le bon rythme pour tenir le public en haleine et ce, toute une année. Jean-François Chougnet a découpé trois épisodes et réparti entre eux plusieurs centaines de manifestations: ouverture avec «Marseille-Provence accueille le monde» dès le 12 janvier qui prévoit entre autres un temps fort sur le cirque, et l'inauguration de quatre expositions, dont «Méditerranées», exposition fiction guidée par un Ulysse contemporain qui relie Troie à Marseille.

 

 


 

Suite avec «Marseille-Provence à ciel ouvert» dès juin, période où la capitale culturelle brillera de son plus bel éclat, avec l'ouverture du Mucem, le Grand Atelier du Midi et le relais des festivals d'été, d'Aix-en-Provence à La Roque-d'Anthéron. Épilogue avec «Marseille-Provence aux mille visages» à l'automne, contenant un gros plan sur la littérature, les fiestas du Sud, le festival Marsatac...

 

Repères
Programme complet sur www.mp2013.fr 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article