Publié par Henry SALAMONE

 

monnetmedbd.jpgDe l’impressionnisme à la modernité, seize  peintres sont mis à l’honneur dans le nouveau spectacle multimédia des Carrières de Lumières  qui
se déroulera
du 8 mars 2013 au
5 janvier 2014.  

 

 

 

Avant le printemps 2013, les monumentales Carrières de Lumières, aux Baux-de-Provence, présenteront un spectacle inédit intitulé "Monet, Renoir… Chagall. Voyages en Méditerranée". Labellisé Marseille-Provence 2013, ce grand rendez-vous culturel mettra le multimédia au service de l’émotion et invitera les spectateurs à évoluer librement dans les carrières pour suivre les variations de quinze grands artistes sur le thème de la Méditerranée.

 

Le but ? Nous emporter d’un courant à un autre dans un grand voyage au cœur de la modernité picturale, sur les rives de l’impressionnisme, du pointillisme, du fauvisme… jusqu’à Chagall.

 

La Méditerranée, source
d’inspiration pour seize grands peintres

Dès la deuxième moitié du XIXe siècle, nombreux sont les peintres qui ont délaissé Paris et le Nord, attirés par les lumières du Sud, pour s’installer entre la frontière espagnole et la Riviera italienne. Leurs personnalités artistiques se sont révélées au contact des paysages maritimes de la côte méditerranéenne, qu’ils ont dépeints avec une grande diversité de styles.

 

Après un prologue consacré à Joseph Vernet, le spectacle plongera le visiteur en sept séquences au milieu des univers impressionniste avec Monet et Renoir, pointilliste avec Signac et Cross, fauve avec Camoin, Derain,Vlaminck, Friesz, Manguin, Marquet et Valtat… sans oublier bien sûr l'incontournable Matisse.

 

262849_484917938209874_1183455726_n.jpg carrieres_2012.jpg

 

On y découvrira aussi la palette de couleurs éclatantes déployées par Bonnard et Dufy, pour enfin arriver à l’un des plus grands coloristes de l’art moderne : Chagall. Soit une quinzaine d’artistes et autant de manières de représenter la Méditerranée et ses lumières extraordinaires.     

 


Gianfranco Lannuzzi à la baguette !

Bon à savoir
Au pied de la cité des Baux-de-Provence, au cœur des Alpilles, se trouve un lieu chargé de mystère : le Val d’Enfer.

Ce vallon aux concrétions minérales exceptionnelles a inspiré les artistes depuis toujours : Dante y plantale décor de La Divine Comédie alors que Gounod y créa son opéra Mireille. Plus tard, Cocteau est venu réaliser, au sein même des Carrières, Le Testament d’Orphée. 

Afin de donner encore plus de réalisme, Culturespaces renforce en 2013 l’équipement technologique de cette installation unique en son genre : des vidéo projecteurs et des enceintes sont ajoutés pour couvrir davantage de surface et donner encore plus de profondeur à l’expérience. Au total, près de 100 vidéoprojecteurs sont programmés pour mettre en mouvementles images sur plus de 7 000 m2 , sol y compris. 

 

contact r6 c1Pour réaliser cet ambitieux spectacle, les responsables se sont appuyés à nouveau sur le talent et la maîtrise de Gianfranco Iannuzzi (photo ci-contre), aidé de Massimiliano Siccardi et de Renato Gatto.

 

Ils travaillent à partir de milliers d’images qu’ils décomposent et recomposent pour les mettre en mouvement. C’est ainsi qu’ils raconteront l’histoire de "Monet, Renoir… Chagall. Voyages en Méditerranée", d’après un scénario parcourant les rives de la Grande Bleue, à la rencontre des grands peintres de l’art moderne qu’elle a fascinés.

 

Repères
- Plein tarif : 8,5 €
- Tarif réduit : 6,5 €
- Offre famille : entrée gratuite pour le 2e enfant âgé de 7 à 17 ans (avec 2 adultes et 1 enfant payant).
Les enfants de 7 à 17 ans, les étudiants, les enseignants et les demandeurs d’emploi bénéficient du tarif réduit (sur présentation d’un justificatif). Les enfants de moins de 7 ans, les journalistes et les professionnels du tourisme entrent gratuitement (sur présentation d’un justificatif).
- Horaires et évenements encours ou à venir sur carrières-lumieres.com 

 

Bon à savoir
Retour sur l’histoire du lieu…Le travail de la pierre Les Carrières du Val d’Enfer ont été creusées au fil des années pour extraire le calcaire blanc utilisé pour laconstruction du Château et de la Cité des Baux. Cette grande production de pierres dans la région de Saint-Rémyobligea les carriers à modifier les techniques minières en utilisant des treuils et des puits menant à la surface.

C’est pour cette raison, et pour répondre au besoin de pierres pour la construction du Château médiéval et dela Cité des Baux, que furent ouvertes des carrières dans cette partie des Alpilles. En 1935, la concurrence économique des matériaux modernes conduisit à la fermeture les carrières.
cathedrale-images-baux.jpg

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article