Publié par Henry SALAMONE

expo presse Les Anglais, souvent férus de botanique, étaient particulièrement présents sur la Côte d'Azur au XIXe siècle. Séduits par leurs villégiatures sur la Riviera, il y ont apporté le mimosa. Ce dernier, lui-même importé d'Australie aux alentours de 1850,
décorait ainsi les jardins de leurs
somptueuses villas... 
Par Henry Salamone


5_1298380465.jpg

Au fil du temps, le mimosa chargé de symboles, est devenu l'un des emblèmes populaires de la Côte d'Azur en hiver. C'est en 1880 que cette fleur d'un jaune azur fit son apparition sur les pentes de la Croix des Gardes à Cannes. 

La production du
mimosa représente

Pour les Alpes Maritimes :  550 tonnes 
Pour le Var : 
450 tonnes 
Pour les deux départements : 
17 millions de tiges 
- Chiffre d'affaire estimé : 
4 à 6 millions d'euros 

Selon les manuscrits de l'époque, elle aurait été vraisemblablement introduite par le Duc de Vallombrosa, le marquis de Morès ou Lord Brougham. La société d'Horticulture et d'Acclimatation contribue alors largement à sa promotion. Les mimoristes vont alors se multiplier dans la région, à Mandelieu, Pégomas ou la Roquette. Des gares de Cannes et de Mandelieu, le mimosa est expédié dans toutes les grandes villes de France et d'Europe... 

La Route du Mimosa…

28155.jpgAujourd'hui, la désormais célèbre Route du Mimosa s'étend sur près de 130 kilomètres, entre Bormes-les-Mimosas, point de départ et Grasse. De la Corniche des Maures au Massif du Tanneron, en passant par la Corniche de l'Estérel, pentes, vallons, collines et jardins se parent d'une multitude de petits soleils d'or.

 

Et suivre la Route du Mimosa qui longe la Méditerranée, c'est traverser un monde de couleurs et de parfums : bleu du ciel et de la mer, ocre roux de la terre, jaunes et verts des acacias aux senteurs enivrantes… 

Ce magnifique itinéraire touristique, fortement recommandé de janvier à mars, est typiquement le symbole d'une Côte d'Azur hivernale qui propose sous un climat relativement clément, une sorte de villégiature itinérante entre le bleu azur du ciel et le jaune soleil du mimosa. Le tout, dans des paysage sublîmes. Période de visite conseillée : du 15 janvier au 15 mars avec une préférence pour le mois de février.

Mandelieu-La Napoule, une étape incontournable sur cette route 

 

Photo-FMAPAC0060000046-2-copie-1.jpg mimosa-mimosamandelieu010.jpg

 

Entourée des massifs du Tanneron et de l'Estérel, Mandelieu-La Napoule voue un véritable culte au mimosa au point de lui consacrer chaque année dix jours de festivité. Et 2013 ne déroge pas à la règle. En effet, du 15 au 24 février, près de 12 tonnes de mimosa local vont être utilisées pour les chars, les corsos et la bataille de fleurs. Le thème cette année :  « Le mimosa fête les Contes. »

 

monte3.JPGEt pour ceux qui voudraient prolonger la magie, c'est à pied qu'il faut partir explorer le massif de l'Estérel. Le mimosa sauvage y pousse, notamment au pied du pic de l'Ours et du mont Vinaigre (614 m). Des circuits pédestres ont été mis en place par l'Office National des Forêts. Mais attention, la cueillette est interdite ! 

Commenter cet article