Publié par Corinne Préteur

regime.jpg

Tout le monde a entendu parlé du régime DUKAN. Mais au vu des résultats à moyen terme, on est en droit de se poser des questions sur ce genre de régime car la grande majorité des personnes qui suivent ces diètes reprennent plus de poids que ce qu’elles ont perdu, sans oublier les autres types de conséquences ...


Un métabolisme de survie 

Le principe de ce type de régime est de consommer exclusivement des protéines pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, pour changer le métabolisme et donc maigrir très vite. Pour fonctionner normalement, l’organisme a besoin de glucides, de protéines et de lipides. Si l’alimentation n’apporte plus de glucides, c’est-à-dire des « sucres » sous forme de féculents, pain, fruits, laitages… le corps va devoir transformer les protéines en sucre. En effet, certains organes comme le cerveau ne fonctionne qu’avec du sucre. C’est donc un métabolisme paradoxal de survie qui s’installe, entraînant la fabrication d’une grande quantité de corps cétoniques, d’où une haleine très caractéristique d’acétone des gens qui suivent ce régime hyperprotéiné.

 
Le corps face à la famine

Pour répondre à cette famine qu’implique ce régime protéiné strict, l’organisme va devoir s’adapter et deux conséquences s’enchaînent : la baisse du métabolisme (il « brûle moins » d’énergie) et le déclenchement du mode « stockage ». Puisque l’alimentation n’est plus assez riche pour combler les besoins, le corps va baisser ses besoins de façon définitive. Et à chaque régime, les besoins énergétiques (donc le nombre de calories) baissent encore ! Si par ailleurs, la personne au régime est sédentaire, la fonte musculaire sera rapide. Et puis bien sûr, dès la moindre consommation d’un extra sucré, l’organisme avide de glucose (sucre) stocke très rapidement et reprend du poids sous forme de graisse !

finirregime-410Frustration et culpabilité entrent en jeu

Sur le plan psychologique, les régimes restrictifs ont également une action délétère. En effet, tant de restriction entraîne forcément un haut niveau de frustration, même si dans les premiers temps, un amaigrissement très rapide améliore la motivation.
Le risque survient à la première contrariété, quand la personne « craque » sur un aliment dit « interdit ». Elle se met à culpabiliser et finit par abandonner le régime en se disant que décidément, elle n’y arrivera jamais. Et pendant ce temps de découragement, l’organisme stocke à nouveau en prévision de la prochaine « famine » (entendez régime).

Une seule solution pour maigrir

Maigrir durablement nécessite un changement définitif du comportement alimentaire. Pour y parvenir, il faut prendre le temps et accepter de s’interroger sur plusieurs domaines : son niveau de stress, ses habitudes de vie, son estime de soi, les « situations à problèmes » que l’on rencontre avec la nourriture….Seul un travail de fond peut venir à bout de l’obésité. Ne croyez plus aux régimes miracles : ils n’existent pas !


NOTRE CONSEIL : faites des exercices physiques régulièrement, si ce n'est au moins 30 minutes de marche par jour, apprenez à vous détendre, à mieux respirer aussi et surtout à mieux vous alimenter. Si vous habitez Paris, inscrivez-vous aux Ateliers Nutriveg. Sinon (la Fête des Mères approchant..) faites-vous offrir l'ouvrage de Solveig Darrigo "300 recettes légères, Gardez la ligne sans vous priver", disponible chez France Loisirs.


Marie-Josée LeBlanc est nutritionniste à l'Université de Montréal et elle est la fondatrice du site Extenso sur la nutrition. Nous vous invitons à le consulter pour vous mettre en garde sur les régimes protéinés du même type que le régime Dukan. L'agence nationale de santé sanitaire (ANSES) française en a épinglé quelques uns, dénonçant les risques de carences à long terme que ce type de régimes amaigrissants engendrent, notamment pour la santé des os, du cœur et des reins. "Le Régime Dukan est le genre de régime faible en glucides (Atkins, Montignac, South Beach Diet) dont on entend parler très souvent. Les aliments permis sont très riches en protéines et il n'y a pratiquement pas de glucides, surtout durant les premières étapes. Les régimes faibles en glucides et élevé en protéines, comme c’est le cas pour le régime Dukan, peuvent entraîner des carences alimentaires compte-tenu du manque de variété des aliments permis. Ce type de régime pose un risque de carence qui peut mener entre autres à l'anémie, à un manque de calcium et à l'ostéoporose*. Cela fonctionne le premier mois, mais est-ce qu'on peut tenir longtemps? Les études démontrent qu'à long terme, on risque de reprendre le poids perdu, voire en gagner davantage. 50% des femmes en bonne santé estiment qu’elles devraient perdre du poids. La méthode Dukan continuera donc à les attirer parce qu’elle permet d’en perdre vite, du moins à court terme, mais attention aux conséquences…".

*Ces risques ont été confirmés en France par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) : le besoin nutritionnel moyen en vitamine C de l’adulte n’était pas couvert par les trois premières phases du régime et qu’au cours de la phase 1 et 2, l’apport en fibres serait dix fois moindre que le niveau conseillé.

Commenter cet article