Publié par Henry SALAMONE

expo presse Une histoire, des techniques, un zeste de nostalgie et certaines légendes, le couteau mérite bien un coup de projecteur, histoire de mettre en pleine lumière un savoir-faire toujours présent à Thiers, capitale de la coutellerie française. Par Henry SALAMONE

 

atelier.jpgQui passe à Thiers ne peut ignorer les marques indélébiles laissées par la coutellerie dans la cité, depuis tant de siècles. Ici tout rappelle au profane cette bouillonnante activité : c'est un nom de rue, de la Coutellerie,des Forgerons, des Usines ou encore rue de l'Industrie, c'est une enseigne accrochée à la façade ou peinte sur une boutique, ce sont les premières forges industrielles dans la vallée, c'est une roue à aubes le long de la Durolle...

 

Les Thiernois arborent fièrement six siècles d'histoire coutelière et la cité s'impose toujours comme la capitale nationale de la coutellerie en produisant encore près de 70% des instruments tranchants dans l'Hexagone. Selon une légende, « les croisés auvergnats, lors de la première croisade, auraient dit-on rapporté d'Orient le secret de la fabrication... » Faux, disent les historiens.

 

coutellerie.jpg 280px-01 Thiers - Pedde - JPG1


 

De véritables chefs-d'oeuvre
D'après les écrits, la métallurgie thiernoise fit son apparition au XIVe siècle, et le développement de la coutellerie permit à la ville d'exporter ses produits dès le XVIe siècle en Espagne, au Pays-Bas et en Lombardie. Il faut dire que la coutellerie constitue de véritables chefs-d'oeuvre des artisans couteliers thiernois grâce à de nombreux corps de métier en ville et dans les montagnes environnantes.

 

La bourgeoisie thiernoise avait établi des comptoirs représentant la coutellerie de France dans toute l'Europe, de même que les colporteurs-paysans contribuèrent à faire connaître les couteaux de Thiers dans la France entière. Mais le travail du coutelier s'est modernisé mettant fin à image fort populaire de l'émouleur allongé à plat ventre au-dessus de sa meule, son chien couché sur les jambes pour lui tenir chaud..

 

Les progrès de la technique et l'arrivée de l'électricité ont donné naissance à des usines. Pour certains, cette modernisation des moyens de production n’a pas forcément facilité le processus de fabrication du couteau forgé. Par contre, elle a fiabilisé ce même processus en permettant aux industriels de fournir des produits de qualité constante.

 

Préserver la qualité
Au fil des années, certaines entreprises ont automatisé leurs lignes de production (tour de mitre, dos de lame...). Toutefois, prétendre que la main de l’homme a totalement disparu au profit des machines serait inexact. Les étapes de montage et de finition sont toujours réalisées à la main, par des ouvriers qualifiés.

 

Le musée de la Coutellerie
Il est plus qu'un musée traditionnel puisqu'il abrite des ateliers de démonstration et de fabrication : un conservatoire vivant du patrimoine coutelier.

la vallée des rouets Située en pleine nature, en fond de vallée, les rouets ou moulins à aiguiser des émouleurs de Thiers s'échelonnent le long de la rivière. Trois kilomètres de sentiers pour découvrir la dure vie des "seigneurs" de la coutellerie.
TDFWebFull076.jpg

 

 

Thiers possède encore aujourd'hui près de 300 fabricants ou artisans. Ces derniers s'évertuent à perpétuer leur savoir-faire tout en utilisant cependant les nouvelles techniques. Ils gardent le respect de la qualité. Ils créent et fabriquent.

 

 

coutellerie1.jpgIl peuvent faire des pièces uniques et de plus grosses quantités. Depuis 2005, intégré au contrat territorial, l’ensemble des entreprises du bassin thiernois bénéficie d’un programme complet de développement économique et de formation du personnel.

 

Soucieux de préserver la tradition, les couteliers de Thiers ont également créé un label de qualité représentatif de l'ensemble du bassin de Thiers : Esprit de Thiers. Une initiative vitale pour le devenir de la profession face à la mondialisation, souvent porteuse de produits bas de gamme.

 

A visiter...
le musée du couteau Eclaté sur deux sites, dans le centre ancien de Thiers et sur les bords de la Durolle, le musée présente l'histoire sociale et économique de la coutellerie thiernoise et, un objet mal connu et parfois décrié, le couteau. Le couteau non pas comme arme mais comme compagnon fidèle de l'homme (collections du XVIe siècle à nos jours).
 
- Musée de la Coutellerie, 58 rue de la Coutellerie - 63300 - Thiers 
- + d'infos sur www.musee-coutellerie-thiers.com / www.thiers-tourisme.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article