Publié par Par Alexandre CHEVANT

Reportage à Essaouira et Ouarzazate

Un voyage au Maroc est une expérience inoubliable. Le pays a tant à offrir avec ses villes impériales, sa côte Atlantique, ses grands espaces, mais aussi sa culture... unique!

Car ici vous serez assaillis par mille senteurs, saveurs, bruits, couleurs... Une profusion qui fera appel à tous vos sens ébahis. Cela se ressent aussi bien dans le petit port d'Essaouira, qu'aux portes du désert à Ouarzazate...

Reportage à Essaouira et Ouarzazate

Essaouira, ville des alizés, est une petite cité côtière paisible, presqu’île baignée par l’Atlantique et limitée au Sud à Oued Ksob qui se jette dans la baie et sépare l’ancienne cité du village Diabet. Il existe toute une symbolique de la ville autour du chiffre trois : Essaouira, Mogador et la ville aux trois couleurs.

Blanc des maisons, des terrasses, bleu des volets et de la mer, ocre rouge des remparts. Cette ville fut construite en trois temps. Elle est entourée de trois remparts successifs délimitant trois quartiers pour trois communautés.

Et entre ces trois quartiers, une libre circulation et un libre échange. Essaouira et Mogador est un modèle de tolérance : trois peuples, trois religions mais un respect réciproque et une amitié mutuelle.

Une ville marquée par les Portugais

Essaouira, provient de Al Souirah, qui signifie petite forteresse entourée de murailles. La ville, située entre Safi, au Nord, et Agadir au Sud et baignée par l'Atlantique, a toujours bien porté son nom. Obligée de se protéger contre les pirates, Essaouira s'est de tout temps abritée derière une muraille sensée être inexpugnable...

Comptoir bouillant d'affaires de toutes sortes, cette petite cité était fort convoitée et ce, depuis le VIIe siècle avant JC. La découverte de vestiges de céramique sur les îles de la baie de la ville confirme par exemple la présence des phéniciens dans la région à cette époque. Mais ceux qui devaient marquer cette ville de leur empreinte ont été incontestablement les portugais.

Reportage à Essaouira et Ouarzazate

Une renommée grandissante

Avec son port de pêche, ses mouettes et ses embruns marins, Essaouira a des petits airs de Bretagne. Seule la température extérieure est là pour rappeler que nous sommes bien au Maroc. Sur le port, l'activité n'est pas vraiment intense mais quelques pécheurs vendent à la criée le poisson.

Les mouettes omniprésentes sont les premières gatées car, ici à Essaouira, c'est le Royaume de la Dame Sardine ! Comme Safi et Agadir, elle regorge logiquement d'usines de conserves. L'artisanat jouit d'une réputation flatteuse, notamment le travail du bois de thuya. Appelé aussi callistris ou arar, il est relativement rare donc très recherché.

Il ressemble à celui du genévrier et du cyprès. Les célèbres tables souiris en thuya, incrustées de nacre et de fil d'argent à la mode syrienne et aux motifs traditionnels tirés de l'ornement arabo-andalous sont imitées par les artisans de Fès, Marrakech, Tétouan et Rabat.

La renommée d’Essaouira a considérablement grandi ces dernières années. A l’artisanat traditionnel axé sur la bijouterie et le bois de thuya sont venus se greffer d’autres centres d’intérêts. Quatre festivals annuels, des artistes peintres singuliers, la célèbre confrérie des gnaouas, la production d’huile d’argan, attirent de nombreux visiteurs.

La nature au Maroc est à portée de main. Désert, montagne, vallée et mer : le pays a tout à offrir aux amateurs de vert. Les randonneurs ou vététistes de tout niveau arpenteront avec plaisir les montagnes marocaines.

Ouarzazate : Une énigme pour les historiens

Reportage à Essaouira et Ouarzazate

La région de Ouarzazate, qui a toujours attiré l'attention de nombreux historiens , reste encore une énigme pour eux. Cependant certaines recherches archéologiques effectuées ont prouvé l'existence de diverses civilisations qui auraient vécu dans cette région; ces mêmes recherches ont prouvé aussi une occupation humaine très ancienne : en y a trouvé des gravures rupestres témoignant des temps préhistoriques.

La région de Ouarzazate semble avoir été le point de rencontres commerciales avec plusieurs pays du Nord et du Sud du continent, Aussi d'autres intérêts économiques, recherche de l'or et d'autres métaux, auraient déterminé l'établissement de marchands de différents nationalités et religions dans cette partie du pays formation de petits royaumes juifs ce qui a favorisé son expansion à une certaine époque.

Reportage à Essaouira et Ouarzazate

Une ville de garnison

Ses innombrables casbahs en pisé, des montagnes et plaines arides, des vallées et oasis parcimonieusement verdoyants, des palmeraies et des villages de terre rouge ou ocre font le charme de cette région et lui donnent incontestablement son attrait touristique.

Fondée en 1928 par la puissance coloniale française, elle a longtemps été une ville de garnison. Sur le plan militaire, elle a servi de base d'aviation contre la fameuse tribu des Ait Attas qui ont combattu farouchement contre les troupes d’Henri de Bournazel, l'homme au manteau rouge, tué au Maroc en 1933, jusqu'en 1934 où le chef rebelle Assou Oubasslam se rendit aux Français pour éviter le massacre des populations retranchées dans les montagnes.

Reportage à Essaouira et Ouarzazate

Un riche artisanat traditionnel

Aujourd'hui la ville d’Ouarzazate est en plein essor sur les plans touristique et cinématographique. C’est un des sites marocains les plus prisés par les réalisateurs de cinéma. Y ont été ainsi tournés, partiellement ou entièrement : Gladiator, Astérix et Cléopâtre, La Momie, etc.

Point de départ de la route des oasis, la ville est aussi le point d’arrivée des cultures et de l’artisanat. Ce dernier joue un rôle très important dans l’économie de la province et représente l’une des caractéristiques fondamentales de la vie quotidienne de cette ville. Grâce à des subventions, nationales et internationales, plusieurs coopératives et corporations ont vu le jour.

Ainsi une large variété de produits, à base de bois, métal, laine, argile, pierre, cuivre et os, s’est développée et améliorée mais en gardant toute son authenticité. Pour se rendre compte de cette richesse, il faut entrer dans le souk (photo ci-dessus - © Serge Klébairt) le dimanche. Les odeurs, les cris, les bruits, les couleurs forment ici une véritable bulle indescriptible.

On y trouve à profusion henné, roses, cumin, armoise distillée, poteries berbères, objets en pierre taillée sans oublier les réputés tapis Ouzguita, bleus ou jaune d’or, aux dessins géométriques…

Reportage à Essaouira et Ouarzazate

Une porte ouverte sur l'irréel

Ouarzazate peut marquer une halte avant de s'aventurer dans le désert où toutes sortes de sensations agrémentent le voyage. On y découvrira, Kelâa des M'Gouna, la plus belle des roseraies de la vallée, l'ancienne kasbah d'El Glaoui en équilibre sur un rocher, les gorges du Dadès (photo ci-dessus / © Serge Kébairt), énorme bloc calcaire tranché d'un coup de sabre.

La vallée du Ziz, elle, ponctue pour sa part la route vers le désert. L'Oued Ziz, bordé de hauts palmiers d'où émergent des ksours et la sublime kasbah d'Ifri, forment une nappe émeraude qui offre un spectacle éblouissant. Une fois franchie la porte d'Erfoud, c'est le désert dans toute sa nudité et sa splendeur. Un saut dans la troisième dimension !

Pour préparer votre séjour
Office National du Tourisme marocain à Paris peut répondre à toutes vos questions et vous guider au mieux pour que votre séjour soit des plus réussi !
161 Rue Saint Honoré, 75001 Paris Téléphone : +33 (01) 42 60 63 50
​www.visitemaroco.com

Se rendre à Essaouira. 
Pour venir à Essaouira en avion, Royal Air Maroc assure deux vols directs depuis Paris-Orly. L'aéroport est situé à une quinzaine de kilomètres au sud du centre-ville.
www.essaouiratourisme.com
A noter qu'Authentic propose des séjours à prix étudiés de 5 à 8 jours.
www.otentic.com 

Se rendre à Ouarzazate. 
La meilleure formule est d’avoir un vol d’arrivée et de départ de l’aéroport international de Ouarzazate en directs de Paris, ou avec une escale à Casablanca et arrivée le jour même.
www.ouarzazate.com