Publié par La rédaction

Fruit d’une enquête minutieuse et sans concession, le livre "14-18, les fusillés" révèle, pour la première fois, la face trop longtemps cachée des fusillés de la Grande Guerre.

Un livre pour la réhabilitation des fusillés de la Grande Guerre

A la veille de la commémoration du centenaire du début de la guerre, Frédéric Mathieu livre dans "14-18, les fusillés" publié aux éditions Sébirot, les résultats d'une enquête minutieuse sur les traces de ces combattants fusillés par l'armée française. 680 furent passés par les armes à l'issue d'un jugement en conseil de guerre, 60 furent exécutés sans jugement.

A peine 6% (43) des soldats fusillés ont été officiellement réhabilités entre 1917 et 1934 par la Cour de cassation, la Cour d'appel ou la Cour spéciale de justice militaire.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Ce livre confirme les travaux entamés dès 1995 par André Bach sur les fusillés après jugement d'un conseil de guerre. Un sujet ressorti de l'oubli dans les années 90 et qui divise encore les Français sur la nécessité ou non d'une réhabilitation individuelle ou collective de ces 740 fusillés. Le nom de 220 d'entre eux dont celui de Louis Abbadie est gravé sur un monument aux morts de France.

Un livre pour la réhabilitation des fusillés de la Grande Guerre

130 biographies comportent les témoignages, pour la plupart inédits, de fusillés lors de leur passage au "falot", le tribunal militaire en argot des tranchées, et 84 contiennent les témoignages de Poilus qui ont assisté aux exécutions ou aux faits reprochés aux fusillés.

Dans la seconde partie de son ouvrage, Frédéric Mathieu exploite les informations contenues dans les biographies de 668 soldats fusillés après leur condamnation à mort en conseil de guerre. Le pic le plus haut se situe de septembre 1914 à octobre 1915 avec 421 exécutions, soit 63% du total de la guerre.

Commenter cet article