Publié par Henry SALAMONE

Attribué chaque année par un jury indépendant constitué d’experts et de professionnels du tourisme et de l’environnement, le label Clef Verte distingue les hébergements touristiques et les restaurants engagés dans une démarche environnementale performante, continue et dynamique.

 

basic-00000164348.jpg

 

Pour 58,2 % des Français, le critère environnemental est un facteur prédominant dans le choix de leur hébergement de vacances selon un sondage BVA opinion réalisé en avril 2011. Aussi, pour répondre à cette demande croissante, 160 établissements français n'ont pas hésité à se porter candidats au label Clef Verte 2013.

 

ClefVerte.jpgTous les labellisés sur le site 
 www.laclefverte.org

Pour bénéficier du précieux label, les établissements "candidats" ont reçu la visite des auditeurs-conseil Clef Verte durant l’été 2012. Leur dossier a ensuite été examiné par les membres du jury de labellisation, qui se sont réunis en deux sessions :  les 18 et 19 octobre pour les hébergements et le 9 novembre pour les restaurants.

 

A l’issue de ces journées de délibération, 115 hébergements et 6 restaurants ont obtenu le sésame et rejoints ainsi le réseau des labellisés Clef Verte. Premier label environnemental international depuis 1994, ce réseau est présent dans 36 pays et attribuée à près de 2 000 établissements, ce qui en fait le label le plus représenté au monde et où la France est en tête avec près de 800 établissements.

 

Les hôtels, un vecteur de sensibilisation indispensable

Avec un nombre de lauréats hôteliers toujours croissant, les hôtels représentent aujourd’hui un vecteur de sensibilisation incontournable. Il faut se souvenir qu'au lancement en 2005, le palmarès comptait seulement... 5 lauréats. En 2009, le nombre d’hôteliers a été multiplié par 10 puis par 4 en 2012 avec près de 300 hôtels réunis sous ce label.

 

Si le tourisme d’affaire et de loisir permet aux hôteliers de toucher une clientèle diversifiée, l'objectif prioritaire est d’inciter chaque hôtelier, ainsi que ses prestataires, à une gestion environnementale raisonnée et d’étendre aussi ces préoccupations au cœur des foyers par le biais d’une sensibilisation incitative et positive.

 

la-clefverte-restaurantauberge-de-la-dune-.jpgLa Clef Verte s'adresse
désormais aux restaurants traditionnels

56 % des français souhaitent trouver dans leur restaurant des repas composés avec des produits respectueux de l’environnement *. Ainsi, et depuis la phase pilote en 2011, le label s'adresse désormais aux restaurants traditionnels. Le cahier des charges est constitué de 8 grandes familles de critères.

 

Outre la gestion du bâtiment (eau, énergie, déchets, produits d'entretiens), la formation du personnel et l'information des clients, la Clef Verte porte une attention toute particulière à la provenance, à la saisonnalité et à la qualité environnementale des aliments cuisinés.
* 7ème Baromètre Consommation et perception des produits biologiques Agence BIO, 2010

 

A noter
Questionnaire-Clef-Verte_article.jpgLes critères d’attribution du label concernent aussi bien l’éducation au développement durable que la réduction de l’impact de l’activité sur l’environnement. Le label s’articule ainsi autour de 7 enjeux majeurs :
- La politique environnementale via une gestion environnementale raisonnée et l’implication des collaborateurs.
- La sensibilisation des clients en participant à une dynamique positive : respect de la nature, la faune et la flore, consommation raisonnée en eau et électricité, possibilité de trier leurs déchets.
- La gestion de l’eau, via l’équipement de l’établissement en robinets économiseurs d’eau, l’arrosage raisonné, le relevé régulier des compteurs.
- La gestion de l’énergie, à travers l’utilisation d’ampoules économes, l’isolation des bâtiments, l’utilisation d'énergies renouvelables, le relevé des compteurs électriques.
- La gestion des déchets, par la collecte sélective, l’absence de vaisselle jetable, la réduction des volumes à la source.
- Les achats responsables, via l’achat de produits d’entretien éco-labellisés, de produits alimentaires locaux ou issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitable.
- Un cadre de vie respectueux de son environnement et propice au partage des ressources naturelles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article