Publié par Corinne Préteur

legumesenfants cle8611ef-37896La plupart des enfants sont réticents à l’idée de manger des légumes, surtout entre 2 ans et 7 ans environ. On parle de « néophobie », mais cette période fait partie de son développement gustatif, donc c’est normal ! Même si cela demande beaucoup de patience de la part des parents…Allez-y progressivement, car l’enfant a besoin de temps pour adopter un « nouvel aliment » ou un aliment préparé autrement dans une « nouvelle recette ». Si vous intégrez chaque jour de la nouveauté, c’est l’échec assuré !

 

CE QUI NE MARCHE PAS....

Parler du prix des aliments : « ça coûte cher les légumes tu sais !».

A éviter aussi, la hiérarchie des aliments : « si tu manges tes haricots verts, tu auras une bonne glace » ; le dessert devient la récompense et plus valorisé que le légume, tout comme la friandise après les devoirs, etc. Et la mauvaise idée, qui va vous surprendre de la part d’une diététicienne, c’est de parler aux enfants denutrition : « c’est bon pour ta santé », « les légumes sont riches en fibres/plein de vitamines », etc.

Ces arguments n’ont pas d’impact sur l’enfant ni l’adolescent !

L’« éducation alimentaire » (et non nutritionnelle) basée sur le goût, et le plaisir de manger donne de bons résultats (études à l’appui) !

A commencer par l’ambiance à table, la convivialité, etc :

  1. montrer l’exemple : des parents qui mangent varié et prennent plaisir à consommer de tout, sont plus convaincants;
  2. manger ensemble : l’enfant accepte plus volontiers de goûter en présence de personnes familières;
  3. un contexte social chaleureux : l’enfant goûte plus facilement si l’ambiance est agréable, plutôt que dans un contexte d’énervement.

 

LES TRUCS QUI MARCHENT...

  1. L’exposition répétée à l’aliment : cela varie d’un enfant à l’autre mais compter une dizaine de fois avant qu’il soit adopté !
  2. Une petite sauce (ketchup) pour accompagner les légumes,les épinards avec un peu de crème ou du fromage râpé pour un gratin de chou-fleur,
  3. Ne pas faire le légume à part lors d’un repas et le féculent à un autre : mieux vaut les associer (brocolis et riz, semoule de couscous et courgettes…),
  4. Le repas ludique : manger des nouilles sautées aux brocolis avec des baguettes, pour les petits on présente joliment les légumes dans l’assiette (visage)…

 

FAIRE PARTICIPER LES ENFANTS...

  La cuisine est un des piliers de l’éducation alimentaire. Un enfant qui met « la main à la pâte » mange plus volontiers sa recette !

En amont de la cuisine, vous pouvez aussi :

  • aller à des cueillettes de fruits/légumes;
  • le faire participer aux achats pour se familiariser avec de nouveaux aliments : choisir, toucher et peser les fruits et légumes (au marché ou supermarché);
  • brainstorming familial pour établir les menus. 

En cuisine :

  • l’équiper d’un tablier à sa taille;
  • lui laisser choisir la recette (simple) qu’il veut préparer mais pas toujours du gâteau au chocolat ! Par exemple du gâteau au yaourt avec des fruits dedans, des muffins salés avec des cubes de légumes…
  • prévoir des ustensiles non dangereux et qui changent tout : un mixeur non électrique pour réaliser un smoothie aux fruits minute, des moules/emporte-pièces aux formes amusantes, un découpe pomme …
  • décorer les assiettes pour mettre en valeur des légumes (crudités).

 

Si la situation ne progresse pas, mieux vaut consulter un thérapeute. L’intervention d’une tierce personne peut aider (diététicien et suivant le cas un psychothérapeute). Participer à des Ateliers parent-enfant où on évoque les difficultés, les aliments qui bloquent et ensuite on passe en cuisine pour préparer des recettes simples, conviviales que l’on goûte tous ensemble…

 

Les livres qui peuvent vous aider :

  • « Mon enfant mange de tout, de 2 ans à 10 ans », de Marie-Claire Thareau-Dupiré, Leduc Editions 14,90 €;
  • « C’est l’enfer à table » de Laurence Haurat, Editons Eyrolles 14,90 €

 

bandeau3-copie-1.jpg

Conseils, infos et recettes, et programme des Ateliers Nutrition NUTRIVEG animés par Solveig DARRIGO DARTINET et son équipe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article